WATMED3 WATMED3 WATMED3 Université libanaise L'association WATMED Le comité libanais pour l'environnement et le developpement Durable
Accueil
Objectifs
Thematiques
Appel à participation
Publication
Organisation
Programme
Articles publiés
Recommendations
Camera WATMED
Inauguration
Interviews sur TV
Dossier de Presse
Ville de Tripoli
Album d'images
Tour touristique

image002.jpg

                                                 Le cœur de Tripoli  la place de" Tell "

Tripoli (Trablos), à 85 Km au nord de Beyrouth, est la capitale du Liban Nord et la seconde ville du Liban. C’est une ville d’une hospitalité légendaire où le présent s’accommode de l’histoire et où l’activité économique trépidante se double d’un style de vie décontracté. Tripoli recèle d’innombrables vestiges parmi lesquels une quarantaine de monuments, datant pour la plupart du 14ème siècle, qui ont été inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

 

 QUELQUES REPERES HISTORIQUES


Le site de Tripoli est habité depuis le 14ème siècle av. J-C, mais ce n'est qu'à partir du 9ème siècle av. J-C que les Phéniciens y établissent un petit comptoir commercial.
Sous les successeurs d'Alexandre le Grand, pendant la période Grecque, Tripoli est utilisée comme une base navale.
Sous domination Byzantine, la ville, comme de nombreuses villes côtières, ravagée par un tremblement de terre et un raz de marée (551).
Au 12ème siècle, les Croisés entrent à Tripoli et provoquent de grandes destructions.
Puis la ville tombe sous domination Mamelouk, dont le Sultan Qalaoun détruit le vieux port pour en reconstruire un nouveau ainsi que de nombreux édifices religieux.
Pendant la domination Ottomane, Tripoli retrouve une part de sa prospérité. Des recherches aboutissent à la révélation d'une partie de l'ancien port au Sud et d'une nécropole datant de la période hélennique.

 

Elle mérite mieux qu'un simple détour:
Tripoli, l'autre grande ville du Liban…

image004.jpg 

                                               Citadelle de Tripoli ou Saint Gilles.
 

La Citadelle Saint Gilles est l’un des joyaux de Tripoli. Construite initialement au 11ème siècle, elle fut le témoin d’une histoire riche, de périodes d’influences multiples et en garde des traces présentes jusque dans ses pierres. Majestueuse et imposante, elle domine Tripoli, et offre, en plus d’une agréable et instructive promenade au fil de ses allées, une magnifique vue panoramique de la ville et du bord de mer.

image006.jpg
Une vue générale de la citadelle

 

Le cœur médiéval

Première étape de la visite

La descente à partir de la citadelle  vers la ville médiévale, un lieu magique qu’il faut absolument découvrir à pied. Après avoir traversé un passage voûté, les souks spécialisés se livrent l’un après l’autre à la manière d’un labyrinthe aux sentiers inextricables. En suivant fidèlement leur itinéraire, les anciennes galeries aux couleurs orientales aboutissent sur des souks récemment rénovés comme celui des bijoutiers. Également restauré, le khan des Khayyatine (souk des Couturiers) est ponctué de très belles arcades transversales d’où filtre la lumière du jour.
Des échoppes de tailleurs, qui exhibent de magnifiques abayas artisanales, rythment cette allée d’un bout à l’autre.

 

Khayyatin.jpg
Khan EL-khayatine

image008.jpg

 La madrassa Al Burtasiya

Certains souks, comme celui des Attarine (les parfumeurs) qui est relativement mal entretenu, devraient bientôt être restaurés. Construits par les Mamelouks sur le modèle cairote, ces souks au style un peu baroque constituent le cœur commercial de la ville où s’échange toute sorte de marchandises. Pour les amateurs du genre, le souk des Nahhassin (les artisans du cuivre) offre de splendides articles en cuivre travaillé. Ici et là, les vendeurs ambulants hèlent les passants, les invitant à déguster la fameuse galette tripolitaine au fromage.

Citons aussi khan es-Saboun, ou caravansérail du savon, recèle un véritable musée d’arômes qui allèchent le piéton dès son accès à la galerie. Situés aux contours d’une grande cour flanquée d’un magnifique bassin, les boutiques et ateliers de savon lâchent à tour de rôle une foule de senteurs exotiques.

Cette ville abrite par ailleurs des trésors d'architecture mamelouke, notamment la mosquée Taynal (XIVe siècle), la madrassa Al-Qartawiya et le mihrab enchevêtré de sa mosquée ainsi que la madrassa Al-Burtasiya.

image010.jpg

image012.jpg

La mosquée Taynal

Le Hammam El-Jadid

 

 Deuxième étape de la visite

le quartier El-Mina ou le versant maritime de la cité. Mais avant d’entamer cette tournée, les Tripolitains vous conseilleront de faire une escale « spécial douceurs » chez les innombrables vendeurs de gâteaux arabes dispersés à travers la ville. Autre petit détour conseillé : un arrêt de dix minutes chez les fameux glaciers Ich Ich et Hadla situés à quelques mètres du port. Les vendeurs offrent une exquise citronnelle glacée faite à partir d’une vieille technique de réfrigération du jus de citron et d’orange.

image014.jpg

Mina

 

Sur le port, les pêcheurs se précipiteront pour vous proposer un petit tour en mer en direction des quatre ou cinq îles situées à quelques km de la côte. La plus importante est La Réserve Naturelle des îles de Palmiers qui recèle une magnifique plage sablonneuse ponctuée de sources d’eau douce. L’île est également connue sous le nom de Jaziret el-Aranib, (l’île aux Lapins), des lapins y ayant été introduits pendant le mandat français pour servir de gibier aux administrateurs. L’endroit abrite en outre diverses espèces d’oiseaux rares et sert de refuge aux tortues vertes qui viennent pondre leurs œufs sur ses rivages. Des instants de rêve comme on en connaît plus au Liban.



ALLER / VENIR

A 85km au nord de Beyrouth, Tripoli est reliée par l’autoroute côtière, le trajet durant entre 45min et 1h30 selon la circulation. De nombreux autobus relient les deux villes à intervalles réguliers pour un prix de transport modique.

Tripoli est également proche (1h-2h de route) des montagnes du nord du Liban (Les Cèdres, vallée de la Qadisha, station climatique d’Ehden) ainsi que des réserves naturelles du Akkar.

Circuler à Tripoli n’est pas très compliqué. La vieille ville, où se concentrent les monuments historiques se trouve entre la place du Tall et le fleuve Abou Ali et se traverse facilement à pieds. Les quartiers modernes sont plus espacés et nécessitent un véhicule (nombreux taxis services) mais les routes sont assez bien indiquées et les axes principaux de la ville sont faciles à repérer.

 

DORMIR

Le Quality Inn est un établissement moderne très convenable qui se trouve en bordure de la Foire Internationale. Nous vous recommandons les chambres qui donnent sur le site, avec en arrière plan, les montagnes enneigées.

image016.jpg

 Hotel Quality inn

 

sunset.jpg
 Hotel Sunset

Dans un genre moins standardisé, essayez l'hôtel Sunset  Il est possible de séjourner près de la mer, profiter du soleil au bord d'une piscine, jouir des bons moments au soleil couchant et déguster un délicieux dîner  dans le restaurant de l'hôtel.



MANGER

Tripoli est un haut lieu de la gastronomie dont la réputation tient d’abord sur la pâtisserie. Les nombreux établissements attirent les foules du monde entier. Il est possible de déguster sur place ou d’acheter pour emporter. Les spécialités sont nombreuses et toutes savoureuses: du halewet el jebn (douceur au fromage, littéralement) moelleux au légendaire kneiffé (pâte granulée au fromage ou à la crème de lait entier arrosée de sirop sucré) qui se mange généralement en guise de petit déjeuner (mais qui est en fait servi à toute heure), en passant par la mafrouké (pâte à base d’amandes couverte de crème de lait entier et saupoudrée d’amandes et de pétales confites). Et puis, il y a un des desserts les plus érotiques du monde: Aysh El-Saraya,et le znoud el sett (littéralement, doigts de femmes, en fait un gâteau croustillant fourré de crème et arrosé de sirop et de pistaches concassées).

 

image020.jpg

Aysh El-Saraya

 

image022.jpg 

Znoud el sett

 

 

  image024.jpg

Kneiffé

 

image026.jpg

Mafrouké

 fatteh1.jpg

Fatteh

 image028.jpg

 Tabboulé

 

La cuisine libanaise est à la fois une cuisine du soleil et une cuisine du cœur. Ses couleurs évoquent les 1001 paysages ensoleillés du Liban, et sa diversité reflète l’abondance et la générosité de l’hospitalité libanaise.
l'ombre des oliviers et des tonnelles, l'odeur des orangers et des citronniers vient vous gagner et nous rappelle que la cuisine libanaise est une cuisine sensuelle dans laquelle le palais, mais aussi l'œil et le nez se doivent d'être séduits.

Le Mezzé - assortiment d'une trentaine de plats chauds et froids - fait la réputation de la cuisine libanaise dans le monde. Parmi ses plats les plus connus, on peut citer le tabboulé et le fattouch, qui sont des salades, des caviars comme le hoummos et le moutabbal et le fatteh, ou encore des bouchées telles les feuilles de vigne farcies et les sambousseks.
La cuisine libanaise familiale offre également une grande variété de plats, dont certains régionaux. Les ragoûts - ou "Yakhnés" - en sont l’une des nombreuses composantes. Ils se déclinent sous plusieurs formes (aux pois chiches, aux pommes de terres…) et sont accompagnés de viande, et d’un riz agrémenté de vermicelle.

 

ACHETER

 

De nombreux produits artisanaux dans les souks, notamment les célèbres savons artisanaux de Tripoli à Khan es-Saboun. Près de 40 variétés, toutes à base d’essences naturelles, sont disponibles. Demandez à découvrir les produits assez spéciaux comme le savon aphrodisiaque produit selon une recette qui remonterait au Moyen Age. Si le prix de la majorité des savons est de 1000LL (0.75 euro) pièce, certains, dont la fabrication est particulièrement complexe peuvent atteindre 250 euros!

 

image030.jpg

Khan El-Saboune

 

Quelques information utiles

 

Populations:

Tripoli compte aujourd'hui 500.000 habitants et est divisée en 2 : El-Mina et Tripoli
proprement dite.

Monnaie et banques:

L'entrée et la sortie de liquidités ainsi que les opérations de change ne sont soumises à aucune restriction. Les devises étrangères peuvent être changées dans les banques ou dans les nombreux bureaux de change.

L'unité monétaire est la livre libanaise (L.L.) émise en coupures de 250, 500, 1000, 5000, 10000, 20000,50000et 100000 L.L.

Les banques, régies par la stricte application du secret bancaire, sont un des secteurs les plus actifs de l'économie nationale

Heure locale:

Heure GMT + 2 heures en hiver et 3 heures en été. Le changement étant effectué le dernier dimanche de Mars et le dernier dimanche d'octobre à 0 h

Langues Parlées:

 

L'arabe est la langue officielle du pays. Une distinction peut être faite entre "l'arabe parlé" ou dialectal et "l'arabe écrit" commun à touts les pays arabes. La langue française est largement répandue depuis le mandat français. Quant à l'anglais, il devient progressivement la langue privilégiée des affaires. Il est de plus en plus parlé par une bonne partie de libanais. Bref, vous n'aurez sûrement aucun problème à vous exprimer dans ce pays où la majorité des habitants est au moins bilingue. A noter par ailleurs que la plupart des journaux et revues internationaux sont disponibles dans les kiosques et les librairies avec seulement un ou deux jours de retard. 

Horaires de travail:

Le jour officiel de fermeture hebdomadaire est le dimanche. Mais certaines grandes surfaces ainsi que la plupart des supermarchés restent ouverts au moins durant la matinée du dimanche. Les heures d'ouverture en cours de semaine sont en général comme suit:

§         Administration publique: du lundi au jeudi de 8h à 14h, le vendredi de 8h à 11h et le samedi de 8h à 12h.

§         Secteur privé: de 8h à 16h (du lundi au vendredi).

§         Banques: de 8h30 à 16h du lundi au vendredi. Les samedis, jusqu'à 12h.

§         Magasins: de 9h30 à 18h du lundi au jeudi. Les vendredis et samedis, jusqu'à 12h.

§         Supermarchés: de 8h30 à 20h.

Ces horaires varient suivant les saisons et les établissements.

Arab Integrated Water Resources Management Network
Afaaq santec
Home  Main   English
Discours de Dr. halwani
Dr. halwani sur TV
WATMED3